+33 1 83 64 24 11
64px_Speech Bubble

SEO Campus 2015 : pensez mobile, sémantique et vous trouverez du boulot

dans Conférences
Le 10 avril 2015 par Didier Castelnau

En 2014, les conférences SEO Campus mettaient en lumière, à côté des sujets traditionnels (indexation, linking) la montée en puissance du mobile et du sémantique.

L’édition SEO Campus 2015 qui se tenait les 19 et 20 mars à Paris a enfoncé le clou. Bien sûr, plusieurs conférences donnaient des clés intéressantes pour d’autres sujets comme la vidéo et les stratégies SEA, mais dans un contexte de mise à jour mondiale de Google pour le SEO mobile (21 avril 2015), le sujet mérite un coup de projecteur.

Va au mobile, sinon le mobile viendra à toi

La prochaine mise à jour mondiale annoncée par Google pour le 21 avril 2015 était dans tous les esprits. Gros big bang ou pétard mouillé, chacun était dans l’expectative. Peu d’infos étaient sûres à la date du SEO campus. Un grand chambardement est prévisible dans les SERP sur mobile, mais ce ne serait pas forcément la révolution pour les recherches sur ordinateur de bureau. Une certitude cependant lors du campus : l’année 2015 est celle du basculement mobile.

SEO-CAMPUS-mobile

Le mobile (smartphone, tablette) passe actuellement en tête devant l’ordinateur de bureau comme source de trafic web. La répartition exacte varie selon les secteurs et métiers, mais la tendance est déjà lourde dans le B2C (voyage, e-commerce, etc.).

Un exemple de raz-de-marée : un grand marchand de meubles parmi nos contacts constate, lors des soldes, environ 70% de trafic mobile !

Bref, on n’a pas le choix. Ne pas proposer un site bien lisible sur un petit écran, ou faire vivre à l’utilisateur une mauvaise expérience à cause de formulaires ou de boutons mal dimensionnés, c’est prendre le risque de faire fuir un internaute sur deux. Et que celui qui n’a jamais pesté contre un site réservé à des doigts de taille allumette me jette la première tablette.

Appel à la mobilisation générale

Bref, que ce soit pour parler de création de site, de stratégie de lancement d’une produit ou d’une marque avec son site et son appli, le mobile et son impact sur le SEO était au coeur de plusieurs conférences orientées technique, stratégie, etc.

Applis, web, photos & live tweet… chacun avait de toute façon son mobile dans les mains au SEO Campus.

Création de site mobile : responsive, sous-domaine ou dynamic serving ?

Par exemple David Dana, confondateur de l’agence Getmob, a fait un rappel utile sur les approches techniques possibles :

  • avoir un site responsive à partir d’un seul domaine (le navigateur affiche, masque ou redimensionne les contenus en fonction du format, avec un seul site)
  • avoir un site mobile en sous-domaine (du type m.monsite.com)
  • exploiter le dynamic serving (personnaliser l’envoi de données côté serveur, à partir d’une seul url comme http://www.leroy-merlin.fr)

La création d’un site responsive est idéale mais alourdit la gestion de projet. Souvent, la création d’un site mobile sur un sous-domaine représente la solution la plus pragmatique.

Quant au dynamic serving, avec une adaptation du site à la volée, il séduit les technophiles mais reste complexe à mettre en place, et gourmand en coûts et opérations de maintenance.

Pour accélérer les projets de nouveaux sites, une tendance est de penser « mobile first » : on maquette et rédige d’abord des contenus légers pour le mobile. Puis on ajoute des choses lors de la conception du site pour l’écran d’ordinateur.

Benoit Chevillot, de Diviseo, expliquait pour sa part comment créer un site mobile compatible SEO. La réponse : en faisant un bon site pour le SEO avec une ergonomie mobile.

To app or not to app ?

Le mobile est devenu un canal en soi, avec ses expertises et ses exemples de réussite. Il mobilise chez certaines entreprises comme Renault ou Logic Immo des équipes dédiées (entre 5 et 7 personnes). Le site Vente-privée fait la moitié de son chiffre d’affaires sur le mobile, dont une bonne partie via l’appli qui représente, pour le mobinaute, un univers cloisonné et sécurisé plus rassurant pour le paiement qu’une page mobile ouverte sur le web.

Les applis représentent un levier de vente et de fidélisation à considérer.

Si vous vous intéressez au mobile, deux sources utiles :

On notera aussi l’essor des technologies mobiles dans les magasins, avec le geo-fencing et l’utilisation des balises Beacon, où l’expertise sur le search et la géolocalisation pourront donner l’avantage.

Le rapport vous semble lointain avec le SEO ? De nouvelles habitudes entre la recherche sur Google et l’usage du mobile devraient émerger, notamment avec l’app indexing, qui consiste à relier un site web à une appli mobile avec une URL profonde (arrivant directement sur une page ou un service).

Le sémantique récolte les clics

SEO-CAMPUS-erle-microformatsCompréhension des pages de réponse, utilisation des microformats, construction d’un graphe d’objets… plusieurs conférenciers ont commenté l’usage des balises sémantiques et la capacité de Google à comprendre le sens des mots et des actions.

 

Avec des démos très intéressantes, Erlé Alberton a décrit comment les balises sémantiques allaient changer le web à travers la personnalisation des services, et l’e-mail.

Avec de simples boutons d’appels à l’action injectés dans les objets des emails (« confirmer la commande », « participer à l’événement »), Gmail ouvre des horizons pour augmenter vos taux de conversion.

 

 

Le linkbuilding en question

Les stratégies d’obtention de lien (linkbuilding) faisaient l’objet de plusieurs conférences.

Comme souvent dans le milieu SEO, les notions d’opportunités et de spots, de pourcentage de dofollow/nofollow ou d’ancres exactes alimentaient des discussions inspirées. On s’interrogeait sur les pourcentages optimaux qui dessineraient le meilleur camembert de liens (plus goûteux que l’histogramme).

D’où une impression bizarre que la météo ou la vitesse de pousse du bambou en nord-Picardie allaient bientôt faire partie des critères à surveiller.

Chez Woptimo, tout en ayant une oreille attentive, on préfère concentrer l’attention sur des stratégies de contenu, de webmarketing et relations presse digitales. Quitte à rendre tabou dans nos équipes le mot « backlink », qui renvoie trop souvent à des réflexes et des préoccupations d’arrière-garde masquant les vrais enjeux.

Parmi d’autres conseils pratiques, Kevin Richard de SEO Observer déconseillait fortement l’usage d’ancres exactes dans ses liens, ce qui se comprend vu les excès qu’on constate partout. On préfère là aussi tempérer, l’objectif étant que l’ancre arrive de façon fluide, légitime et naturelle dans son contexte éditorial.

A partir d’une grille de critères pertinente, Kevin Richard a aussi rendu justice aux liens dofollow. Même si leur apport est marginal aux yeux de Google pour « pousser » des pages sur ses mots-clés, ils peuvent apporter du trafic provenant de gros sites partenaires.

Trouver un emploi dans le secteur SEO

seo-campus-marche-emploi-seo    SEO-CAMPUS-Sebastien-Monnier-speech

 

Autre sujet de conférence intéressant pour les (futurs) consultants SEO : le marché de l’emploi. L’association SEO Campus avait lancé une consultation auprès des entreprises et professionnels au début 2015.

Sébastien Monnier (fondateur de Woptimo) et Séverine Authier donnaient un panorama du recrutement et du quotidien d’un consultant / chargé de SEO, qui pratique aussi (pour plus de 70%) le webanalytics et l’achat de mots-clés (SEA).

Autre conférence intéressante parmi les autres, celle sur la rédaction d’une fiche produit par Eve Demange

 

[slideshare id=46446027&doc=confrence-ficheproduitnd-seocampus2015-150330072244-conversion-gate01]

En résumé, l’événement SEO Campus 2015 valait le déplacement, comme à chaque fois.