+33 1 83 64 24 11
64px_Speech Bubble

Les 8 outils Google… que Google vous cache

dans SEO
Le 22 août 2013 par Magalie Despiegelaere

Dans sa démarche de proposer aux internautes un web fait uniquement de sites de qualité, et de nettoyer tout ce qui est contraire à ses directives, Google propose des outils gratuits à destination des webmasters. Si la plupart sont visibles et accessibles dans le menu des Outils pour webmasters Google, la plateforme conçue pour “aider à l’indexation de son site web et de son positionnement dans les pages de résultats”, il y en d’autres accessibles uniquement avec l’URL. Autre moyen d’y accéder, des liens depuis le Centre d’aide des Outils pour les webmasters, pourvu qu’on ait entendu parler de l’outil et qu’on le cherche dans le centre d’aide. Et une fois dénichés, ces outils sont-ils toujours explicites sur leur utilisation et leurs objectifs ?

8 outils Google à ajouter dans vos favoris

Quand vous suivez l’actu SEO au quotidien, vous ne ratez pas les annonces de Matt Cutts, par exemple le lancement de l’outil de désaveu de liens en octobre 2012. Surtout quand il s’agit d’un nouvel outil censé vous aider à mieux positionner votre site. Dans ce cas, une fois compris l’intérêt, vous foncez tester l’outil en suivant le lien fourni dans l’article. Mais une fois passé à autre chose, comment retrouver cette “baguette magique” ? Et pour ceux qui suivent cet univers d’un peu plus loin, comment faire pour (re)trouver ces outils ?

En attendant que Google intègre tous ces outils dans le menu des Outils pour les webmasters (=GWT), voici notre liste de favoris 😉

On commence par les 2 outils les plus populaires dans la sphère SEO depuis ces 10 derniers mois, l’outil de désaveu de liens et l’outil de demande de réexamen.

Outil de désaveu de liens

https://www.google.com/webmasters/tools/disavow-links-main

⇒ A quoi ça sert ?

Vous pouvez avoir besoin de cet outil dans plusieurs cas :

  1. Vous avez utilisé des outils de création de lien agressifs ou automatiques

  2. Vous avez reçu un message d’alerte via les Webmaster tools

  3. Vous avez perdu du trafic ou des positions sur certains mots-clés

  4. Google ne satisfait pas une demande de réexamen

  5. Vous êtes victime de ‘negative seo’

 

Pour plus d’infos sur ces cas, lisez l’article de Sébastien Monnier : 5 raison d’utiliser l’outil de désaveu de liens.

L’outil vous permet d’envoyer un fichier .txt avec la liste des domaines ou pages contenant un lien vers votre site à désavouer.

A noter que l’étape suivante est la demande de réexamen (ou reconsidération), un autre outil caché présenté ci-dessous.

Demande de réexamen

https://www.google.com/webmasters/tools/reconsideration?hl=fr

A cette adresse, on vous propose de vérifier au préalable si votre site a bien été sanctionné manuellement par l’équipe de qualité de recherche Google.

 

Si c’est le cas, Google précise quel type d’”action” a été entrepris et vous accédez alors au bouton Demander un examen :

A quoi ça sert ?

Quand les Consignes relatives à la qualité de Google ont été enfreintes, et que le webmaster a constaté une baisse de positions et/ou de trafic, il faut comprendre que Google a repéré les pratiques “frauduleuses” et qu’une “sanction” manuelle a été appliquée par l’équipe de Qualité de recherche Google.

Le 9 août 2013, Google a ajouté dans les Outils pour les webmasters un lien Actions manuelles, grâce auquel vous pouvez désormais savoir si le site a bien été (en partie ou en totalité) sanctionné. C’est donc par cette étape intermédiaire que vous passez avant d’accéder à la demande de réexamen :

URL à explorer

https://www.google.com/webmasters/tools/submit-url

⇒ A quoi ça sert ?

A demander à Google d’explorer une URL… dont vous n’êtes pas le propriétaire.

A part à vouloir attirer l’attention de Google sur une page d’un concurrent qui vous fait de l’ombre avec des pratiques réfutées par Google, on ne voit pas à quoi ça pourrait encore servir… Cet outil date du tout début de Google à une époque où il arrivait encore au moteur de louper des urls…

A noter que pour accélérer l’exploration et l’indexation d’une nouvelle URL de votre site, Google vous suggère d’utiliser Explorer comme Google, un outil bien visible dans les GWT :

A noter que cet outil vous permet au passage de voir ce que Google “lit” de votre page. Le bouton Envoyer pour indexation se trouve alors sur la ligne du résultat de l’exploration :

 

Spam report

https://www.google.com/webmasters/tools/spamreport?hl=fr

 

⇒ A quoi ça sert ?

Google vous propose de “signaler” les sites/les pages proposant du contenu ou ayant des pratiques contraires à ses consignes relatives à la qualité. Le spam est ici pris au sens très large puisqu’il propose ici par exemple de signaler des infos confidentielles.

 

Pour les cas de spam au sens plus strict, Google propose d’utiliser “Signaler du spam” (bouton en bas de la page ci-dessus).

https://www.google.com/webmasters/tools/spamreportform?hl=fr

Il peut s’agir de  texte masqué, de pages satellite, le cloaking ou les pages de redirection trompeuses (lire les explications de Google sur le spam dans le Centre d’aide Outils pour les webmasters). Peu de chances de voir les internautes lambda utiliser cet outil. D’abord parce votre tante Josette ne sait même pas ce qu’est le spam ; ensuite parce que l’outil est tellement bien caché qu’il faut connaître son existence et son utilisation pour le trouver ! On pense plutôt ici aux référenceurs et webmarketeurs qui veulent… dénoncer un concurrent ! Disons clairement les choses, à part un justicier du web qui n’a que ça à faire de vouloir nettoyer la toile, qui peut donc vouloir qu’un site se retrouve dans l’œil du cyclone de Google à part un concurrent lésé ?

Signaler des liens payants

https://www.google.com/webmasters/tools/paidlinks?WTF

 

⇒ A quoi ça sert ?

A dénoncer les sites participant à des systèmes de liens payants.

C’est comme si vous envoyiez une lettre anonyme à l’administration fiscale pour espérer qu’elle lancera un contrôle fiscal sur votre concurrent que vous n’arrivez pas à devancer de façon positive et loyale…

Là encore, on voit bien les sites jaloux des positions des concurrents sauter sur l’occasion de les “balancer” à Google pour alimenter sa chasse aux sorcières ! Parce que honnêtement, quel site n’a jamais rétribué ou récompensé un autre site pour un backlink ?

Signaler un logiciel malveillant

http://www.google.com/safebrowsing/report_badware/

 

Là, on sort des Outils pour les webmasters Google. L’outil est raccroché au service “Google Transparence des informations”  http://www.google.com/transparencyreport/?hl=fr qui rassemble des infos aussi différentes que des statistiques de connexion aux sites Google, les demandes de renseignements sur les utilisateurs émanant d’administrations fiscales ou judiciaires, ou des demandes de suppression de contenu.

 

⇒ A quoi ça sert ?

A jouer les justiciers Monsieur Propre du web 😉

Ou à se défouler après que son site ait été hacké.

Signaler une page de phishing

http://www.google.com/safebrowsing/report_phish/?hl=fr

⇒ A quoi ça sert ?

Bis : A jouer les justiciers Monsieur Propre du web 😉

 

Pour ces derniers outils de signalement, les intentions peuvent paraître louables. Mais dans ce cas, on ne comprend pas pourquoi Google ne communique pas davantage sur ces mauvaises pratiques auprès du grand public et sur les moyens qu’il a mis en place pour les éradiquer ?

Le balisage de données structurées

Auparavant uniquement accessibles avec l’URL ou depuis le centre d’aide des GWT (“Google Webmaster Tools Support”), l’outil de test de données structurées et l’outil d’aide au balisage sont maintenant linkés depuis la rubrique “Outils supplémentaires” :

 

⇒ A quoi ça sert ?

L’outil de test des données structurées permet de vérifier que le code inséré dans vos pages est bien interprété par les robots de Google. Les données structurées conduisent à un affichage enrichi dans les SERP pour les articles, les recettes, les produits, les événements, etc.

Afficher l'image d'origine

L’outil d’aide au balisage “permet d’ajouter un balisage de données structurées à un échantillon de page Web”. En pointant dans la page concernée les éléments devant être balisés, l’outil génère le code HTML qui devra être inséré dans la page

 

Chez Woptimo, on connaît et on utilise tous les outils Google nécessaires à nos clients. Depuis quelques mois, il s’agit souvent de désaveu de liens et de demande de réexamen, pour aider les sites à « réparer des erreurs de jeunesse ». Et face à la polémique de l’utilité de ces outils, on peut affirmer qu’ils sont ont une réelle utilité… même si les résultats peuvent prendre plusieurs mois avant d’être notables.

Et vous, les utilisez-vous ? Avec quel résultat ? Et peut-être connaissez-vous d’autres outils que Google nous cache ?