+33 1 83 64 24 11
64px_Speech Bubble

Des sessions spam dans Google Analytics en provenance de Boston ?

dans WebAnalytics
Le 13 janvier 2016 par Guillaume Simonin

Le trafic spam : cet ennemi de l’analyse web

Sur Google Analytics, le trafic spam est bien connu des webmasters. Généralement, il agit toujours de la même manière. On découvre qu’il y a une hausse de trafic soudaine et inexpliquée, on regarde d’où il vient, on se rend compte que c’est le fameux spam referral qui se présente sous cette forme :

Du trafic spam referral bien connu des webmasters

C’est une forme de spam très classique dont pratiquement tous les webmasters ont déjà été victimes.

Un dernier né dans le spam : le spam Boston

Mais depuis décembre 2015, nous enregistrons une nouvelle forme de trafic spam qui jusque là nous était inconnue, en tout cas chez Woptimo. C’est un trafic que nous avons identifié à la suite d’un pic particulier dans le trafic direct de plusieurs de nos clients :

Un pic de trafic inhabituel qui fait penser à du spam

En regardant de plus près ce trafic, on voit qu’il arrive sur une série de landing pages normalement dédiées à AdWords. Et cela est en commun sur nos différents clients faisant face à ce problème. Pourtant, dans l’interface AdWords, aucun clic n’est enregistré… D’ailleurs, le trafic semble cohérent : taux de rebond variable, temps passé entre 1 et 2 minutes, pas d’alerte entre nouveaux et anciens utilisateurs, etc.

Statistiques des pages visitées le jour du pic

La solution est de voir d’où vient le trafic. Le point commun entre nos différents clients ciblés par ce spam, c’est que toutes les visites ou presque venaient de Boston et Bellevue, aux Etats-Unis, alors qu’il s’agit de sites français rédigés en français !

On constate un trafic venant surtout de Boston et Bellevue

Il s’agit donc bien d’une forme de spam nouvelle qui est à l’oeuvre, ou alors un bot qui vient des USA et qui fausse les données de trafic.

Et maintenant comment lutter contre ce spam ?

1.Une réponse de Google

L’idéal serait que Google identifie ce problème rapidement pour le corriger rapidement.

Cela n’étant pour le moment pas le cas, la solution momentanément : un filtre pour exclure le trafic direct en provenance de Boston et Bellevue.

2.Créer un filtre dans une nouvelle vue

Pour cela, il faut créer une toute nouvelle vue pour le site web destinée à exclure le trafic spam nouvellement identifié. Il faut copier la vue principale précédente avec les mêmes paramètres pour garder des filtres enregistrés auparavant (exclusion de l’IP du client et de l’agence par exemple) :

Cette vue est créée spécifiquement pour lutter contre le spam

Dans cette vue nouvellement créée, il faut maintenant filtrer le trafic pour exclure notre spam. Pour cela on clique sur les filtres :

Affichage de la vue avec le clic sur le filtre

Puis ajouter un nouveau filtre, qu’on a appelé ici Boston spam :

Le filtre Boston spam dans la vue Google Analytics

Enfin, dans le paramétrage de ce filtre, nous excluons les villes qui sont celles d’où vient le problème :

Insérer les différentes villes Spam à filtrer dans cet écran

Et le tour est joué. Attention cependant, une nouvelle vue n’est pas rétro-active et les données commenceront à partir de la mise en place de celui-ci sans historique. Si vous voulez plus d’infos et d’accompagnement sur la mise en place d’un filtre, regardez la ressource Google très complète.

3.Créer un segment personnalisé

Une autre solution est d’appliquer un segment sur la vue principale, qui lui aura le mérite d’être rétro-actif.

Pour cela, il faut cliquer sur le camembert bleu (« toutes les sessions ») au dessus des données de trafic et vous pourrez sélectionner un des segments déjà établis, ou alors en créer un avec le bouton rouge.

Cliquer sur le bouton rouge pour créer un segment dans Google Analytics

Vous arrivez ensuite sur l’écran de paramétrage du segment. Voici comment nous avons mis en place le segment pour enelver le Boston spam.

Entrer les villes à exclure du trafic direct

Vous noterez qu’à droite, une bulle vous donne en temps réel une simulation du découpage de trafic, fonction très pratique qui permet de voir en un clin d’œil l’impact de vos paramétrages et également se rendre compte facilement d’une erreur de paramétrage.

Voilà pour cette dernière solution afin de lutter contre ce trafic spam, bien trop présent encore dans nos rapports Analytics…

Et vous, avez-vous expérimenté ce type de spam déjà ? Quelles solutions ? Partagez l’article si vous connaissez certaines personnes qui sont victimes de ce spam !